De l’or bleu pour tous à Assouan

Projet terminé
Des jeunes filles d’une école secondaire à Assouan boivent l’eau des robinets installés dans la cour de récréation.
Des jeunes filles d’une école secondaire à Assouan boivent l’eau des robinets installés dans la cour de récréation. © DFAE EDA

L’Egypte a engagé un important chantier de modernisation de son secteur de l’eau et de l’assainissement. Il reste pourtant de nombreux défis à relever pour que tous les Egyptiens, sans restriction, bénéficient d’un service d’eau potable équitable et de qualité. Afin de contribuer à cette avancée, la DDC développe un projet ambitieux dans un quartier défavorisé de la ville d’Assouan.

Pays/région Période Budget
Egypte
20.12.2012 - 31.12.2016
CHF 4'650'000

En Egypte, l’accès à l’eau est particulièrement fragile. La pluviométrie du pays est faible. Elle atteint une moyenne annuelle de 51 millimètres. Par comparaison, elle est de 1'537 millimètres en Suisse. Le Nil est le seul cours d’eau permanent du pays. Le fleuve fournit annuellement 55,5 milliards de mètres cubes d’eau aux Egyptiens. Si ce débit reste constant, la population égyptienne ne cesse pourtant de croître, au rythme d’un million de personnes chaque année. Cette croissance démographique s’accompagne d’une urbanisation accrue qui pèse d’autant plus sur la ressource. 

La pauvreté source d’inégalité 

Le gouvernement a fait de la gestion de l’eau une priorité nationale, mais les Egyptiens ne sont pas tous égaux dans leur accès à l’eau potable. A Assouan par exemple, l’un des gouvernorats les plus pauvres du pays, les populations des quartiers défavorisés souffrent d’un réseau d’eau inadapté à leurs besoins ou devenu trop vétuste par manque d’entretien ou d’investissements. Il en résulte des problèmes de pollution et de santé publique. 

Dans ce contexte, la DDC développe depuis 2012 le projet «Programme Eau Assouan: accès à une eau potable de qualité et gestion plus efficace de l’eau». Ce projet s’adresse aux 100'000 habitants du quartier d’El-Nassereya, une zone urbaine informelle située à un kilomètre du centre-ville d’Assouan. Le réseau d’eau qui dessert ce quartier a été construit dans le cadre d’un plan gouvernemental, il y a plus de vingt ans. Il était prévu pour une population de 50'000 personnes. Durant l’été 2011, face à un accès insuffisant à l’eau, les habitants d’El-Nassereya ont manifesté devant le gouvernorat d’Assouan. Le ciblage de ce quartier par la DDC a alors été proposé par la société nationale gestionnaire du réseau d’eau (HCWW) et les autorités locales partenaires. 

Réhabilitation, formation et sensibilisation 

Différentes mesures sont en cours à El-Nassereya. Des chantiers ont vu le jour. Un nouveau réservoir d’une capacité de 2'000 m3 a été construit. Les travaux sur une nouvelle station de pompage et sur les conduites d’eau devraient s'achever d'ici l'été 2016. La Compagnie des Eaux et de l’Assainissement et les équipes techniques en charge du réseau reçoivent une assistance technique. Le nouveau programme informatique de maintenance et les processus de travail qui en découlent ont été mis en place avec succès au sein de l'entreprise la Compagnie des Eaux et de l’Assainissement.  

Un groupe d’employés de la Compagnie des Eaux et de l’Assainissement d’Assouan reçoit un cours de lecture des cartes pour que l’entretien du réseau soit plus efficace.
Un groupe d’employés de la Compagnie des Eaux et de l’Assainissement d’Assouan reçoit un cours de lecture des cartes pour que l’entretien du réseau soit plus efficace. © DFAE

Des actions de sensibilisation sont menées en parallèle. Dans six écoles, des clubs environnementaux permettent aux jeunes d’apprendre de manière ludique à utiliser l'eau avec parcimonie. Ils transmettent ensuite les connaissances acquises à leurs amis et à leurs familles. La DDC place également les femmes au cœur de son action. Des groupes de femmes se réunissent régulièrement et abordent notamment le thème de l’eau. Ces rencontres ont déjà permis de faire évoluer les comportements de l’ensemble de la communauté, par exemple sur la façon de faire la vaisselle sans laisser l'eau couler. Enfin, des représentations de théâtre de rue visent à faire passer des messages sur l’eau par le divertissement.

Une femme joue une pièce de théâtre sur le thème de l’eau devant une classe d’enfants, dans la ville égyptienne d’Assouan.
Des écoliers participent à une pièce de théâtre sur le thème de la préservation de l’eau, à Assouan, en Egypte. © DFAE

Pluralité des partenariats 

La DDC travaille en partenariat avec plusieurs acteurs étatiques, incluant la Compagnie des Eaux et de l’Assainissement d’ Assouan, les acteurs institutionnels régionaux, etc. Le projet mené à El-Nassereya se termine fin 2016.