Réhabilitation d’écoles dans le nord du Liban


Les écoles réhabilitées permettent aux élèves tant libanais que syriens de suivre un enseignement dans de meilleures conditions. © DDC
Les écoles réhabilitées permettent aux élèves tant libanais que syriens de suivre un enseignement dans de meilleures conditions. © DDC ©

Après la réhabilitation de 28 premières écoles au nord du Liban, la DDC étend ses travaux à 24 autres établissements scolaires dans la même région. Menés en collaboration avec les autorités libanaises, les chantiers permettent à ces derniers de faire face à l’arrivée massive d’enfants de réfugiés en provenance de Syrie.

Pays/région Thème Période Budget
Liban
Education
Aide humanitaire & RRC
Autre
Enseignement primaire
Equipements scolaires et formation
Reconstruction et réhabilitation (till 2016)
Secteur non spécifié
16.11.2015 - 30.11.2019
CHF 3'690'000

Au nord du Liban, la DDC réhabilite plusieurs écoles afin qu’elles puissent  accueillir des enfants syriens qui ont fui la guerre et traversé la frontière avec leurs parents. Des experts du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) sont impliqués dans la conception et la réalisation des travaux, sous la supervision du ministère libanais de l'éducation et de l'enseignement supérieur.

28 écoles réhabilitées

La DDC a déjà terminé les travaux de réhabilitation dans 28 écoles dans la région d’Akkar. Ils ont permis de restaurer les systèmes d’alimentation en eau et d’assainissement. Au programme également: l’étanchéisation et la peinture des bâtiments, la réfection des portes et des fenêtres, ainsi que la réparation des équipements électriques et sanitaires.

«Grâce à ce projet, l'école est maintenant mieux adaptée aux besoins des enfants», se réjouit Khaled Omar, directeur de l'école de Beit Ayoub. «Les élèves et les enseignants sont conscients que l'hygiène et l'environnement scolaire se sont améliorés: l'eau est propre, les toilettes aussi, et il n'y a plus d'humidité dans les salles de classe.» 

Même satisfaction du côté de M. Adnan Kornoz, directeur de l’école secondaire Fneidek, à propos des nouvelles installations sanitaires: «C'est la première fois que nous avons suffisamment de toilettes par rapport au nombre d'élèves: quatorze pour 400 élèves. De plus, notre école dispose désormais de toilettes séparées pour les garçons et les filles. Pour notre culture, cet aspect est essentiel. Il encourage les parents à scolariser leurs filles ». 

Dans ces écoles, la DDC a également financé l’acquisition de nouveaux meubles pour permettre aux classes d’accueillir les élèves en provenance de Syrie. Au total, près de 3500 écoliers libanais et syriens bénéficient de meilleures infrastructures scolaires.

Poursuite des chantiers

En raison de l’afflux continu de réfugiés syriens dans le district d’Akkar, la DDC a décidé de poursuivre son engagement  en faveur des écoles de la région. De nouveaux chantiers ont débuté dans 24 autres écoles. D’ici 2018, les bâtiments rénovés profiteront à près de 6200 élèves supplémentaires – dont 2'200 enfants syriens.

Combattre le risque d’une «génération perdue»

La situation est particulièrement critique sur le plan scolaire dans le district d'Akkar, qui est de surcroît une des régions les plus pauvres du Liban. La moitié des réfugiés syriens sont des enfants. La réhabilitation des écoles vise à empêcher que ces jeunes Syriens ne se transforment en une «génération perdue». L’engagement de la DDC contribue aussi à apaiser les tensions potentielles entre la population locale et les réfugiés, en permettant aux enfants du Liban et de Syrie, d’évoluer côte à côte.