Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables dans la region de Diffa

Project completed

La situation d'urgence dans la Région de Diffa s'explique par l'impact de la crise provoquée par le groupe islamiste Boko Haram, qui s'ajoute à la situation de précarité chronique et de pauvreté généralisée dans la région. L'action proposée par l'ONG Action Contre la Faim (SCF) à Diffa contribue à répondre aux besoins humanitaires immédiats, à protéger les moyens de subsistance des ménages et à éviter la croissance de tensions et conflits sociaux internes dans les communautés de réfugiés, retounés, déplacés et hôtes. 

Country/region Topic Period Budget
Niger
Humanitarian Assistance & DRR
Agriculture & food security
Emergency food assistance
Agriculture value-chain development (til 2016)
Agricultural development
01.06.2016 - 31.07.2017
CHF 660'000
Background

La Région de Diffa connait une récurrence d'aléas climatiques et de crises sécuritaires et économiques qui menacent la  sécurité alimentaire des Mönages et les privent de plus en plus de leurs moyens de subsistance. En février 2016, les déficits présentés sont alarmants dans la Région de Diffa à la sortie de la campagne agropastorale 2015/2016 : le déficit céréalier est estimé à 100'820 tonnes et le déficit fourrager à 1'500000 tonnes de matières sèches. 374 sur les 606 villages agricoles sont déficitaires à olus de 50% et sur les 12 communes de la régio, 8 sont extrêmement vulnérables.

Depuis février 2015, les attaques menés régulièrement par Boko Haram dans les villages et villes des départements de Bosso, Diffa et Maïné Soroa ont entrainé une recrudescence de déplacés internes dans la région de Diffa, dont environ 100'145 déplacés préventifs (Direction Régionale de l'état civil, Novembre 2015). L'installation de ces populations dans une zone déjà exposée et fragile demeure une préoccupation pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la survie du bétail. L'incidence de l'arrivée de déplacés sur l'alimentation des familles hôtes s'est traduite par la réduction du nombre de repas pris par jour. L'impact de la crise humanitaire sur les productions agropastorales et halieutiques s'est traduit par d'importantes pertes de moyens de production, l'inaccessibilité physique de sites de production, la destruction des circuits d'approvisionnement en intrants et de commercialisation. L'état d'urgence et les mesures restrictives de sécurité (interdictions des motots et d'accès aux zones de pêche, fermeture de marchés) mis en place par le gouvernement viennent alourdir l'impact négatif. L'installation de réfugiés et déplacés dans les villages et les sites a entrainé l'aggravation du déboisement et la perte généralisée du couvert végétal.

Depuis janvier 2016, OCHA estime que 460'000 personnes se trouvent en situation d'insécurité alimentaire dnas la Région de Diffa. Dans le Département de Diffa, on compte 6'035 retournés, 15'720 réfugiés et 69'534 déplacés internes et l'on estime que 95% de retournés sont hébergés dans des ménages d'accueil. Les groupes ciblés par le projet sont donc ces populations réfugiées, déolacées, retournées et hôtes en situation d'insécurité alimentaire. Le ciblage des Mönages bénéficiaires se fera selon la méthodologie "Household economic analysis / analyse économique des ménages" (HEA), adaptés au contexte de Diffa. 

Objectives

Les populations affectées par la crise humanitaire dans la Région de Diffa disposent d'une nutrition saine t variée grâce à leur propre production et leurs activités économiques. 

Target groups

Les groupes ciblés sont les populations réfugiées, déolacées, retournées et hôtes en situation d'insécurité alimentaire dans la région de Diffa.

Concernant les besoins en sécurité alimentaire dans les communes de priorité 1 (zone d'urgence), la population cible est  de 269'222 personnes et dans les communes de priorité 2 (zone de réhabilitation et de relèvement) la cible est de 187'750 personnes.

  • Cash transfert (inconditionnel et conditionnel) : 500 ménages, soit 3'500 personnes, sur 8 mois
  • Relance agricole : 600 ménages, soit 4'200 personnes, à raison de 10 kg de semance pluviales par ménage et 300 ménages, soit 2'100 personnes, pour les kits de semences maraichères et outils agricoles.
  • Recapitalisation sociale du cheptel : 350 ménage, soit 2'450 personnes, à raison d'un bouc et 3 chèvres plus aliments bétails
  • Relance activités économiques : 10 groupements
  • Gestion des ressources naturelles : 420 ménages dont 120 bénéficiaires des formations sur le compostage, 150 en agroforesterie, 150 en régénération naturelle assistée 
Medium-term outcomes
  • La couverture des besoins alimentaires basiques des populations vulnérables: réfugiées, retounées, déplacées et hôtes affectées par la crise humanitaire est améliorée.
  • Les moyens d'existence sont restaurés et renforcés et les activités économiques relancées.
  • Les capacités des populations en agro-écologie sont renforcées et la gestion durable des ressources naturelles est améliorée.

Indicateurs d'outcome /Valeurs cibles :

  • 100% des ménages bénéficiaires ont un Indice de Stratégie de Survie (SCI) < à 10 (index de suffisance) à la fin du projet.
  • Au moins 80% des ménages bénéficiaires ont un score moyen de diversité alimentaire (SDA) >8 (diversité suffisante) à la fin du projet.
  • Au moins 80% des ménages bénéficiaires ont un score de consommation alimentaire (SCA) acceptable. 
Results

Expected results:  

Output 1 : Les populations vulnérables : réfugiées, retounées, déplacées et hôtes affectées par la crise humanitaire ont une meilleure capacité de satisfaire leurs besoins alimentaires grâce aux transferts monétaires et aux suppléments alimentaires (pour enfants de 6-23 mois).

Output 2 : Le nombre d'avoir relatif aux moyens d'existence pour la relance des activités économiques des ménages vulnérables touchés par la crise est préservé et augmenté.

Output 3 : Une sensibilisation, un renforcement des capacités et une plus grande application des connaissances et des pratiques des populations pour la gestion durable des ressources naturelles ont lieu dans la zone d'intervention. 


Results from previous phases:  

  • Baseline : Indice de Stratégie de Survie (SCI). 21.9% des ménages ont un index de survie supérieur ou égal à 10 (index d'insuffisance) dans l'échantillon enquêté. Le SCI fait référence à 5 principales stratégies d'adaptation: 1. alliments moins préférés, 2. dépendre d'amis/parents, 3. diminution quantitatif de la nourriture, 4. réduction quantités de la nourriture consommé par les adultes au profit des enfants, et 5. réduciton du nombre de repas consommés par jour.
  • Baseline : 21% de ménages avec un score moyen de diversité alimentaire >8 (diversité suffisante)
  • Baseline : 26.5% des ménages ont un score de consommation alimentaire (SCA) acceptable. 


Directorate/federal office responsible SDC
Credit area Humanitarian aid
Project partners Contract partner
International or foreign NGO
  • Action Against Hunger


Other partners

Comité Interministériel de l'Assistance Alimentaire (CIAA/Ambassade de France), USAID/OFDA/Autres 

Coordination with other projects and actors
  • Groupes de travail technique : participation aux réunions, partage d'information, coordination avec les autres acteurs
  • COOPI, IRC et deverses autres ONG international : partage d'information et coordination
  • CICR, OCHA, UNHCR, PAM et UNICEF
  • Services techniques de l'Etat, le Gouvernorat de Diffa, la CCH, le DNPGCCA et la HCI3N : implication, participation des actuers nationaux
  • Autorités locales, leaders communautaires ; implication, participation des acteurs locaux, régionaux et nationaux
  • Collectivités décentralisées et groupe de femmes et de jeunes 
Budget Current phase Swiss budget CHF   660'000 Swiss disbursement to date CHF   667'931 Total project since first phase Swiss budget CHF  660'000 Budget inclusive project partner CHF  1'320'000
Project phases Phase 2 01.08.2017 - 31.07.2019   (Completed)

Phase 1 01.06.2016 - 31.07.2017   (Completed)