Programme d’Appui aux Processus Electoraux du Niger (PAPEN)

Projet terminé

A l'issu d'un coup d'état et d'une transition militaire, les élections présidentielles de 2011 marque le retour du Niger à la démocratie. Si les quatre dernières années ont permis de restaurer l'image des institutions républicaines, le processus démocratique demeure fragile, en raison du contexte socioéconomique, des fractures sociales et de la recrudescence du terrorisme aux frontières du Niger. Les élections présidentielles, législatives et communales de 2016 sont des étapes décisives pour consolider la paix et la démocratie.

Pays/région Thème Période Budget
Niger
Governance
Décentralisation
01.09.2015 - 31.10.2017
CHF 3'500'000
Contexte

Dès son accession au pouvoir en 2011, le Président Issoufou est parvenu à restaurer la démocratie et à réconcilier les nigériennes et les nigériens avec leur classe politique. La situation socioéconomique et l'insécurité croissante ont cependant fragilisé la stabilité retrouvée. Fautes d'évolutions significatives dans le développement du pays et en raison d'un dialogue politique sans lien avec les préoccupations des populations, les nigériennes et les nigériens participent de moins en moins au processus démocratique. Plus préoccupante, une fracture sociale semble se creuser entre la jeunesse et les générations en charge des décisions. Cette rupture est particulièrement inquiétante dans un pays où plus de 50 % de la population à moins de 20 ans et que 400’000 jeunes par an sortent du système éducatif, sans formation achevée, sans perspective d'emploi ou d'insertion économique. Les tendances observées quant à la radicalisation des pratiques et des positions politiques et du respect des droits humains fragilisent fortement la stabilité retrouvée. Avec 3 scrutins majeurs (présidentiels, législatifs et locaux), l’année 2016 sera l’occasion pour le citoyen nigérien de se réapproprier sa démocratie. Les troubles structurels et conjoncturels que rencontre le Niger et le risque de déstabilisation exigent une réponse immédiate (phase unique).

Objectifs

Contribuer à la consolidation de la démocratie au Niger en appuyant un processus électoral transparent, apaisé et centré sur les priorités des citoyens. Cet appui avant, durant et après les scrutins de 2016 contribue à réconcilier les citoyens avec leur classe politique et à consolider la démocratie, par une prise en compte effective des groupes habituellement marginalisés dont les femmes, les jeunes et les communautés circonscrites dans des espaces enclavés.

Groupes cibles
  • Les citoyennes et citoyens, en particulier les jeunes
  • Les organisations de la société civile, y compris les organisations paysannes
  • Les institutions en charge des élections (e.g. CNDP, CENI)
  • Les élus (nationaux et locaux), les membres de partis politiques, les autorités, les leaders traditionnels et religieux, etc.
  • Les journalistes
Effets à moyen terme
  1. Les institutions en charge d'organiser les élections assurent la tenue de scrutins conformes au code électoral, dans la transparence et l'indépendance des partis et des leaders politiques en compétition. L'opinion publique s'exprime favorablement quant à la préparation, au déroulement et aux résultats des votes, les électeurs et électrices participent massivement aux élections.
  2. Les débats politiques et les programmes électoraux portent sur les enjeux définis par les citoyens, avec une attention particulière aux priorités des jeunes, des femmes et des paysans.
  3. Les citoyens ont accès à une information indépendante et de qualité, sur leurs priorités de développement. La diffusion de l'information permet d’améliorer la redevabilité des élus envers les citoyens, de suivre la progression des acquis et l'évolution de la démocratie au Niger.
Résultats

Principaux résultats attendus:  

  • Le processus de dialogue entre les acteurs politiques et sociaux est renforcé en vue de consolider le processus électoral, la paix et la cohésion sociale.
  • La logistique électorale permettant à la CENI d’organiser les scrutins dans les délais est assurée.
  • Les acteurs ciblés par le programme[1] font un plaidoyer efficace auprès des acteurs/institutions politiques pour la prise en compte des priorités des citoyens.
  • Les citoyennes et les citoyens nigériens ont  une meilleure compréhension des enjeux liés aux élections et peuvent ainsi exercer pleinement leur citoyenneté.
  • Les élections au niveau communal sont suivies et documentées et, sur cette base, les collectivités sont interpellées.
  • La période de la phase unique permet une réponse immédiate et de mener des études, de tester des approches et des partenariats qui vont constituer le cadre stratégique pour une future entrée en matière.

 

[1] Partis politiques, collectivités territoriales, leaders religieux et traditionnels, représentants des organisations de la société civile et des ONG.


Principaux résultats antérieurs:  

(phase unique)


Direction/office fédéral responsable DDC
Crédit Coopération au développement
Partenaire de projet Partenaire contractuel
Secteur privé
Organisme des Nations Unies (ONU)
  • Sectreur privé étranger Sud/Est
  • Programme des Nations Unies pour le développement


Autres partenaires

Etat du Niger, PNUD, USA, Danemark, France, Allemagne, Luxembourg, Union Européenne.

Coordination avec d'autres projets et acteurs

Projets bilatéraux d’appui aux élections (DUE, ONG internationales, etc.). Programme d’Appui au Cycle Electoral (PACEN) à travers le panier commun ; Autres programmes de la DDC au Niger, notamment Programme d’Appui aux collectivités territoriales (PACT), Programme d’Appui aux Organisation Paysannes (OP).

Budget Phase en cours Budget de la Suisse CHF   3'500'000 Budget suisse déjà attribué CHF   3'393'477
Phases du projet

Phase 1 01.09.2015 - 31.10.2017   (Completed)