Rétablissement de la gouvernance locale, instauration de la confiance et promotion du dialogue en Ukraine

Projet terminé
Carte de l'Ukraine
Le projet du PNUD soutenu par la DDC vise à promouvoir la paix et la cohésion sociale dans l'est de l'Ukraine. © DFAE

La DDC soutient un projet des Nations Unies dans les oblasts de Luhansk et de Donetsk ravagés par le conflit et sous contrôle du gouvernement central. L'objectif est de rétablir la gouvernance locale et de promouvoir le dialogue entre les différents acteurs afin de renforcer la cohésion sociale et le développement économique. Il s’agit de la première initiative internationale d’envergure visant à la reconstruction du Donbas dans l’est de l’Ukraine.

Pays/région Thème Période Budget
Ukraine
Conflit & fragilité
Prévention des conflits
10.02.2015 - 30.06.2018
CHF 1'500'000

La crise politique en Ukraine s'est aggravée au printemps 2014, entraînant des affrontements armés entre les séparatistes pro-russes et le gouvernement central de Kiev. Depuis le début du conflit, on déplore plus de 5000 morts. Près de 2,5 millions de personnes ont par ailleurs cherché refuge dans d'autres régions du pays ou à l'étranger. Le conflit qui fait rage dans la région du Donbas menace la cohésion du pays, cause de grandes souffrances humaines et a des conséquences désastreuses sur les infrastructures et l'économie locales.

La DDC finance le projet «Restoration of Governance and Reconciliation in Crisis-Affected Communities of Ukraine» du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en partenariat avec l'Agence suédoise de coopération pour le développement international (SIDA). La contribution de la Suisse s'élève à environ 1,5 million de francs, celle de la Suède à environ 1,2 million. Le projet, d'une durée de trois ans, s'inscrit dans un programme du PNUD plus large adopté début 2014 pour soutenir les régions de l'est ukrainien en proie au conflit.

Rétablissement de la gouvernance, instauration de la confiance et promotion de la cohésion sociale

Le projet cible quinze villes et quatre villages, soit près de 1,1 million de personnes dans les régions de l'est ukrainien contrôlées par le gouvernement central.

Ses trois objectifs sont les suivants:

  • établir des administrations locales solides et proches des citoyens
  • soutenir les processus participatifs de réconciliation et de construction de la paix 
  • instaurer la confiance entre les différents acteurs de la société civile et les autorités communales, et renforcer la cohésion sociale

La réalisation de ces objectifs passe par la mise en œuvre de diverses activités telles que la création de conseils publics pour promouvoir les échanges entre les autorités et la société civile. Le groupe Facebook « Conseils publics du Donbas » a ainsi été créé. Accessible à tous, ce groupe propose entre autres des informations pratiques concernant la mise sur pied, la gestion et le fonctionnement des conseils publics.

 Des centres de consultation ont par ailleurs été créés, auprès desquels la population peut s'informer, et bénéficier d'un soutien psychosocial, de conseils en situation d'urgence ou de conseils juridiques.

Elaboration de stratégies de communication et promotion de la tolérance dans les écoles

Pour promouvoir la réconciliation et la paix, le projet prévoit l'élaboration de stratégies de communication tenant compte de la nature du conflit et ciblées en fonction du genre. La formation des journalistes et la promotion de la tolérance dans les écoles constituent deux autres axes prioritaires.

Le développement des compétences personnelles par l’intermédiaire de séances ciblées de coaching et l'organisation des ateliers thématiques sont au cœur du projet. Il est également prévu de mesurer systématiquement les répercussions du conflit sur la société au moyen de différents indicateurs.

Le gouvernement ukrainien, plus précisément le ministère du développement régional, est le principal partenaire du projet. Le projet travaillera aussi étroitement avec les services d'urgence, les autorités locales, les organisations de la société civile et les représentants des médias.