Programme de développement social en milieu urbain (PDSU)Programme de développement économique local et de sécurité alimentaire à Koutiala


Le Programme Sigida Kura a permis d’améliorer les capacités de planification et de gestion des 37  collectivités territoriales du cercle de Koutiala qui ont réalisé des infrastructures permettant d’améliorer  la sécurité alimentaire dans le cercle, d’augmenter les revenus des producteurs et de créer plus de 230 emplois permanents. Avec cette dernière phase, la DDC poursuit son accompagnement aux collectivités territoriales qui mettent en place un cadre durable de leur développement économique local.

Pays/région Thème Période Budget
Mali
Governance
Agriculture et sécurité alimentaire
État de droit - démocratie - droits de l’homme
Décentralisation
Développement agricole
01.01.2016 - 30.06.2021
CHF 2'518'678
Contexte

Le secteur agricole est l’un des principaux piliers de l’économie malienne, employant 80% de la population et contribuant au tiers du PIB. Le gouvernement du Mali a ainsi ciblé ce secteur comme moteur  pour sa stratégie de croissance économique, de réduction de la pauvreté et de sécurité alimentaire. Les collectivités territoriales assurent l’animation du développement économique de leurs territoires. Malgré la crise sécuri-taire qui sévit au pays, la croissance économique a été de 7,2%. Néanmoins, le contexte socio-économique du cercle de Koutiala, à l’instar de tout le Mali, reste perturbé par les effets de cette crise en restreignant les échanges commerciaux et le déplacement des populations. L’intégration des cultures alternatives au coton dans le cercle a permis de diversifier les productions agricoles et d’améliorer les conditions de vie des populations.

Objectifs

Contribuer à la sécurité alimentaire et au développement économique local dans le cercle de Koutiala s’inscrivant dans une bonne gouvernance territoriale

Groupes cibles
  • Les collectivités territoriales du cercle de Koutiala
  • Les entreprises des sous-secteurs agriculture, élevage et pêche
  • Les exploitations familiales agricoles
  • Les opérateurs économiques
  • Les 663’000 habitants du cercle de Koutiala
Effets à moyen terme

En cette phase de consolidation et de désengagement, les outcomes sont:

  1. Les collectivités territoriales et les autres acteurs (services techniques, organisations socio professionnelles, secteur privé) poursuivent le développement de leurs capacités pour assurer la bonne gouvernance et la maîtrise d’ouvrage de leur développement territorial, inclusif et durable.
  2. Les acteurs économiques en collaboration avec les collectivités territoriales et Miniankala Kafo valorisent les filières agro- sylvo-pastorales et augmentent durablement les revenus des populations.
Résultats

Principaux résultats attendus:  

  • Les Collectivités territoriales et les autres acteurs ont renforcé la gouvernance locale et consolidé l’esprit de coopération entre collectivités
  • Les Collectivités territoriales et les autres acteurs ont augmenté la mobilisation des ressources internes et externes pour assurer un développement territorial durable et inclusif
  • Les producteurs agricoles et les autres acteurs privés ont développé des mécanismes d'exploitation rentable des investissements réalisés de façon concertée et équitable.


Principaux résultats antérieurs:  

Les principaux résultats clés obtenus :

  1. L’inter collectivité Miniankala Kafo anime  et pilote le développement économique local de son territoire;
  2. 60% des collectivités territoriales organisent des espaces de  dialogue et de débat avec les citoyens (400'000 pers.) en vue de rendre compte de la gestion des affaires de la collectivité;
  3. Les collectivités territoriales de Koutiala réalisent 17 projets territoriaux qui contribuent à la relance de l’économie locale.

Les leçons apprises sont :

  1. Le pilotage du programme par l’inter collectivité  permet aux collectivités de mutualiser leurs moyens, de financer des projets interterritoriaux et d’améliorer la gouvernance locale. Les ressources financières restent néanmoins insuffisantes.
  2. Le secteur privé dispose  de capacités de valorisation des potentialités locales, notamment dans la transformation des produits agricoles et la promotion des produits artisanaux (poterie et équipements agricoles, etc.).
  3. La synergie avec les autres programmes DDC augmente l’efficacité de l’appui aux collectivités.
  4. Les compétences techniques des collectivités sont encore trop limitées pour assumer la maitrise d’ouvrage des actions de développement avec tous les acteurs.


Direction/office fédéral responsable DDC
Crédit Coopération au développement
Partenaire de projet Partenaire contractuel
Institution étatique étrangère
  • Sub-National State SouthEast


Autres partenaires

Les services techniques déconcentrés de l’Etat, les exploitations agricoles, les gestionnaires privés des infrastructures publiques.

Coordination avec d'autres projets et acteurs

Programmes DDC : Appui au Développement Economique Régional (ADER), Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAFP), Programme Appui aux communes urbaines du Mali (PACUM).
Programme Appui aux Collectivités Territoriales (PACT/GIZ). 

Budget Phase en cours Budget de la Suisse CHF   2'518'678 Budget suisse déjà attribué CHF   2'311'617
Phases du projet Phase 4 01.01.2016 - 30.06.2021   (Phase en cours) Phase 3 01.08.2011 - 31.03.2016   (Completed) Phase 2 15.05.2007 - 30.06.2011   (Completed)