Participation de la Suisse au dialogue international sur la migration

Salle de conférence réunissant les représentants de pays du monde entier.
Dans le cadre des plateformes multilatérales de discussion, la DDC soutient l’élaboration de pistes d’action aux niveaux régional et international pour gérer les déplacements forcés et la migration. © DFAE

Les défis liés aux déplacements forcés et à la migration nécessitent de la part de la communauté internationale une réponse coordonnée, qui aille plus loin que les mesures prises au niveau national par chaque Etat. Dans cette optique, la Suisse se mobilise en faveur de plateformes régionales et mondiales qui visent à permettre à des pays et à d’autres acteurs de dialoguer et d’élaborer ensemble des solutions. La Suisse utilise ces plateformes multilatérales pour participer à la définition de normes internationales susceptibles d’améliorer la gestion de la migration et d’atténuer la souffrance qu’elle peut générer.

Priorités de la DDC

Dans le cadre du dialogue international, la DDC se mobilise en faveur de la reconnaissance à l’échelle mondiale des liens qui existent entre migration et développement. À cet effet, elle s’efforce de mettre en avant, dans les propositions de pistes d’action régionales et internationales, ses expériences concrètes tirées de ses activités opérationnelles. Le but est d’améliorer la gestion de la migration, d’atténuer la souffrance humaine liée à la migration et de tirer profit des contributions qu’apportent les migrants à l’économie et à la société de leur pays d’origine et de leur pays de destination.

La migration est étroitement liée au développement économique et social durable. Les déplacements forcés et leamigration sont souvent les conséquences d’un manque de perspectives dans les pays d’origine. C’est la raison pour laquelle les approches en matière de développement adoptées par la Suisse tiennent compte, d’une part, des causes de la migration pour trouver des alternatives au départ, et, d’autre part, des besoins des réfugiés et des migrants afin de renforcer leur résilience et de créer des perspectives dans les pays d’origine. Les migrants contribuent au développement des pays d’origine et de destination, au travers notamment de la migration de la main-d’œuvre régulière et des transferts de fonds vers les pays d’origine. En 2017, les envois de fonds vers les pays en développement et les pays émergents ont atteint 466 milliards de dollars, soit le triple du montant officiel de l’aide au développement.

Promouvoir des solutions efficaces pour gérer la migration

Dans le domaine de la migration, la DDC travaille dans les pays partenaires avec des gouvernements, des organisations internationales, des acteurs de la société civile, des entreprises du secteur privé et des représentants du monde scientifique, conformément à son mandat relevant de la politique de développement. Ensemble, ils élaborent des solutions situées à l’interface entre migration et développement en mettant l’accent sur la création de normes étatiques et sociales. Ces normes doivent aider la communauté internationale à mieux gérer la migration et à atténuer la souffrance humaine qui peut en découler. Elles doivent en outre permettre de concrétiser les contributions apportées par les migrants réguliers au développement économique et social. Ce travail implique notamment l’établissement de mesures visant à lutter contre l’exploitation des travailleurs migrants, l’introduction de critères de recrutement éthiques et équitables, le respect des droits des travailleurs, ou encore l’encouragement de la diaspora à s’engager en faveur du développement du pays d’origine.

Lutter contre l’exploitation des travailleurs migrants

En soutenant le projet de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) visant à créer un système de certification volontaire des agences de recrutement (système international d’intégrité du recrutement (IRIS)), la DDC favorise l’intégration et la responsabilisation du secteur privé dans les mesures globales destinées à lutter contre l’exploitation des travailleurs migrants.

Système international d’intégrité du recrutement (IRIS) (en)

Dans le dialogue international sur la migration, la DDC s’efforce de mettre en avant ces solutions, fruit d’une réflexion commune, puis d’intégrer dans des projets concrets les recommandations émises dans le cadre du dialogue. Ce faisant, la DDC favorise la diffusion d’approches efficaces pour gérer le phénomène de la migration.

Participer aux plateformes dédiées à la coopération migratoire internationale

Animée par le souci constant de trouver des solutions et de faire preuve d’un esprit constructif, la Suisse a souvent joué ces dernières années un rôle déterminant dans le développement et la dynamisation des plateformes internationales de discussion. Dans le cadre d’une approche interdépartementale, la DDC, forte de ses expériences sur le terrain, a pu participer en maintes occasions à l’élaboration de pistes d’action internationales.

Implication d’acteurs clés dans le dialogue international sur la migration

La gestion du phénomène migratoire et des défis multiples qui y sont liés nécessite, du fait de leur complexité, la coopération de différents acteurs. Aussi la Suisse a-t-elle choisi, il y a déjà plusieurs années, d’adopter en matière de politique migratoire une approche interdépartementale (structure IMZ, voir menu déroulant).

La Suisse sert de modèle en la matière à d’autres pays. L’implication d’acteurs pertinents dans le dialogue international sur la migration fait ainsi partie de ses chevaux de bataille. La DDC encourage la participation, en particulier, d’acteurs non étatiques dans le dialogue sur la migration et dans la coopération internationale, participation qui est loin d’être une évidence dans de nombreux pays et dans les plateformes intergouvernementales existant aux niveaux régional et mondial. Dans l’esprit du principe de subsidiarité appliqué en Suisse, la DDC s’engage pour que les maires et les autorités locales soient reconnus en qualité d’acteurs clés de la coopération migratoire.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’Organisation internationale du travail (OIT) comptent parmi les principaux partenaires de la DDC pour la mise en œuvre de ses projets opérationnels. En matière de recherche, la DDC travaille avec l’Institut pour le développement outre-mer (Overseas Development Institute, ODI) et soutient le projet de la Banque mondiale intitulé «Partenariat mondial pour les connaissances sur les migrations et le développement» (Global Knowledge Partnership on Migration and Development, KNOMAD), qui se consacrent à l’étude des liens entre migration et développement.

Contexte

Les plateformes régionales et mondiales de discussion consacrées à la migration et aux déplacements forcés favorisent la coopération interétatique et les échanges entre les États et d’autres acteurs clés comme les organisations internationales, la société civile, le secteur privé et les autorités locales. Elles débouchent sur la mise au point de solutions globales et régionales basées sur les expériences diverses et variées des acteurs impliqués. Pour faire valoir ses intérêts en matière de politique migratoire et mettre en avant ses propres expériences, la Suisse a tout intérêt à participer activement à ce dialogue à tous les niveaux. L’adoption d’une politique de partenariat  avec d’autres pays (partenariats migratoires) confère à la Suisse, à l’échelle mondiale, une légitimité particulière et une grande crédibilité pour son engagement dans le dialogue international sur la migration.

Partenariats migratoires

Liens

Projets actuels

Objet 37 – 43 de 43

Projet Oriental Protection Migrants Maroc

01.01.2017 - 31.03.2018

Morocco is a country of transit and destination for migrants and refugees, 20’000 of which live on the margins of society, despite the 2014 adopted first ever migration strategy, promising the respect of human rights and access to public services. The “Projet Oriental” facilitates access to health care and provides humanitarian support to 5’600 vulnerable migrants per year and coaches public and civil society service providers to care for the specific needs of the migrants.


Educational facilities for the Internally Displaced and street children

10.12.2016 - 31.12.2019

The internally displaced youth living often as street children in the low-income neighbourhoods of the capital city Islamabad and are deprived from basic education and protection services. The Mashal school educates IDP children from all over the country with a majority from KP and FATA, offers them a protective space, advises / counsels them on cultural, social and legal issues and help them to register under the government system by that laying the basis for future livelihood possibilities.


Mainstreaming the Concept of Migration and Development into Strategies, Policies and Actions in Bosnia and Herzegovina: Diaspora for Development (D4D)

05.12.2016 - 31.12.2020

About 2 million BiH citizens reside outside their country of origin. They retain strong connections with their homeland, and many of them are interested in contributing to its development with skills, know-how and financial investment. Switzerland supports BiH (in both entities and Brčko district) in creating a favorable environment for leveraging diaspora’s human and financial capital (as investors, providers of know-how and networkers) for the development of the country, thus contributing to economic growth, employment and income.


Migration Network Activities

01.03.2016 - 30.06.2020

The SDC Migration network provides the platform to share knowledge and experience on programmes, efforts and global developments in the field of migration and development at operational and policy dialogue level. It constitutes the framework to support activities contributing to the different network components, hence contributing to increase sharing of knowledge and enhanced connections among stakeholders.


Ashshash – for men and women who have escaped trafficking

01.09.2015 - 14.11.2022

Human trafficking deprives millions of their dignity and freedom. It is estimated that thousands are trafficked every year in Bangladesh. Switzerland has an interest that international migration is regular, secure, and respects human dignity and the rights of migrants. The project will support men and women who have escaped trafficking to reintegrate into society, raise awareness on the perils of irregular migration and improve public and private capacities to deliver services to the victims of trafficking. The intervention is beneficial for Switzerland’s political dialogue on safe, orderly and regular migration at the global level.


Programme Development North Africa

01.07.2015 - 30.06.2020

Originally conceived to support the development of activities under the Swiss North Africa Programme launched from scratch in 2011, the 5th phase with a much reduced budget allows deepening relevant thematic and context knowledge, developing and formulating future strategic priorities and setting-up adapted or new projects for SDC in a fragile and complex environment. For 2015-16 the focus is on preparatory work for the Swiss North Africa programme 2017-20.


Institutional Strengthening of IGAD

31.05.2014 - 31.12.2020

The Intergovernmental Authority on Development (IGAD) is a sub-regional organization in the Horn of Africa. In line with Switzerland’s decision to increase its engagement with IGAD, the proposed contribution aims at strengthening the organization institutionally based on its political legitimacy, thematic relevance and capacity to contribute to peace and development in one of the world’s most fragile regions.

Objet 37 – 43 de 43