Relations bilatérales Suisse–Mongolie

Le pays, dépourvu de littoral, est situé entre deux grandes puissances, la Chine et la Russie. Doté d’abondantes ressources naturelles, il présente un intérêt géopolitique certain. Les échanges économiques entre la Mongolie et la Suisse restent néanmoins modestes, même si le nombre de touristes helvétiques est en hausse.

Points clés des relations diplomatiques

La DDC a ouvert un bureau de coordination à Oulan-Bator en 2004. L'ambassade de Suisse se trouve à Pékin.

La Suisse et la Mongolie mènent tous les deux ans des consultations politiques. La Mongolie cherche à décentraliser son système politique et son administration – une voie qu’encourage la Suisse.

Traités bilatéraux

Gouvernement mongol, officiel (en)

Coopération économique

Bien que la Mongolie ait passé de l’économie socialiste à un système d’économie de marché en 1990, les relations économiques et commerciales entre la Suisse et la Mongolie restent modestes. A partir de 2009, on constate un léger accroissement des relations commerciales. Les exportations suisses reflètent les principaux secteurs d’exportation, tandis que les importations en provenance de Mongolie se composent à plus de 90% de matières premières. La Mongolie occupe une place grandissante parmi les fournisseurs de matières premières (or, cuivre, charbon et uranium) et investit dans de grands projets miniers.

Soutien commercial (Switzerland Global Enterprise)

Coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation

Les chercheurs et artistes mongols peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d’excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’études universitaires de la Confédération

Coopération au développement et aide humanitaire

La Suisse a commencé à intervenir en Mongolie en 2001 avec une aide visant à atténuer les effets de la catastrophe climatique qui frappait le pays. Elle répondait ainsi à l’appel lancé conjointement par les Nations Unies et le gouvernement mongol. Depuis lors, l’évolution de la coopération suisse avec la Mongolie est marquée par une transition progressive de l’aide humanitaire vers des programmes de coopération au développement.

La stratégie de développement suisse privilégie l’amélioration et la sécurisation des conditions de vie des populations vivant du pastoralisme. Elle vient toutefois aussi en aide aux bergers qui ont abandonné le nomadisme pour s’installer dans les villes. L’action est concentrée sur l’exploitation durable et la régénération des ressources naturelles, ainsi que sur un développement social et économique respectueux de l’environnement.

Coopération au développement

Les Suissesses et les Suisses en Mongolie

Fin 2011, 23 Suissesses et Suisses vivaient en Mongolie.

Historique des relations bilatérales

Les relations entre la Suisse et la Mongolie remontent à la seconde moitié des années 50, lorsque les premières entreprises suisses ont établi des relations commerciales avec ce pays. La Suisse a été le premier partenaire commercial non socialiste de la Mongolie. Elle a reconnu officiellement la République démocratique de Mongolie le 20 mai 1964. Jusqu’à la fin de l’ère socialiste, les échanges entre Berne et Oulan-Bator sont toutefois restés modestes.

Depuis la démocratisation de la Mongolie, à partir de 1990, les échanges se sont intensifiés. En raison des périodes hivernales extrêmement rigoureuses de la fin des années 90, la Suisse a offert son aide humanitaire, qui s'est muée en coopération au développement à partir de 2002.

Entrée dans le Dictionnaire historique de la Suisse