Inizio pagina

Conferenza ministeriale dell

07.12.2012

Dublino, 6 dicembre 2012 - Fa stato la versione orale

Oratore: OSCE CiO, Didier Burkhalter (2014); Presidente della Confederazione, Didier Burkhalter (2014); Didier Burkhalter

Monsieur le Président,
Excellences,
Chères et chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

James Joyce, un enfant de cette ville, écrivait « je serai demain, ou dans le futur, ce que j’établis aujourd’hui » .

Dublin paraît particulièrement adaptée pour débuter aujourd’hui un processus pour tracer l’avenir de notre organisation. Dans ce contexte je souhaite féliciter la présidence irlandaise pour l’organisation de ce Conseil, pour son travail de préparation et pour son accueil chaleureux.

En 2014 la Suisse prendra la présidence d’une organisation essentielle, car à travers des valeurs partagées et un travail de terrain, elle permet d’assurer une meilleure sécurité pour chacun de nos pays et de leurs citoyens. L’OSCE a apporté une contribution unique à la sécurité et au rapprochement européen. Nous sommes convaincus qu’elle continuera à le faire.

Dès les débuts de la CSCE, les Etats ont attribué une importance différente aux trois dimensions. Cette tension est inhérente à notre organisation. Malgré cela, nous avons réussi à établir des normes, principes et engagements communs, réitérés lors du sommet d’Astana. La mise en œuvre de cet acquis est un travail continu.

Nous souhaitons le lancement du processus Helsinki + 40 qui offrira un cadre à l’évolution de l’organisation.

Dans la perspective de la future présidence suisse, les éléments suivants, qui offriront une meilleure prévisibilité et une plus grande continuité du travail de l’organisation, nous semblent importants:

- un soutien politique avec des mandats clairs pour les futures présidences
- une perspective pluriannuelle avec une évaluation régulière des progrès
- une vision commune qui engage autant le Conseil permanent que le Forum pour la coopération de la sécurité

La Suisse souhaite que l’OSCE ait des objectifs clairs, elle souhaite dès lors poser quelques priorités : 

Premièrement, nous devons être mieux préparés à relever les importants défis dans la dimension politico-militaire.

L’affaiblissement du régime de contrôle des armes conventionnelles en Europe constitue un défi pour l’OSCE.

  • Il est temps de relancer une discussion sérieuse sur le contrôle des armes conventionnelles.
  • Afin de garantir la transparence dans le domaine militaire, il faut relancer et moderniser les mesures de confiance et de sécurité.
  • A cet effet, la Suisse appelle à redoubler d’efforts pour que soit réalisée une mise à jour substantielle du document de Vienne.

Parallèlement de nouveaux risques apparaissent : les menaces non-conventionnelles et les cyber-attaques représentent des défis transnationaux à la fois plus complexes et moins tangibles.

  • L’OSCE doit intégrer ces menaces dans ses stratégies, développer et renforcer sa capacité à répondre aux menaces non-conventionnelles et aux attaques cybernétiques.

Deuxièmement, la stabilité économique constitue un facteur essentiel de sécurité. Dans cette perspective, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption sont essentielles. Nous devons renforcer notre action dans la dimension économique et environnementale et y rechercher une « marque de fabrique ». Les activités de l’OSCE dans cette dimension ont, dans un passé proche, joué un rôle significatif comme mesures de confiance et de sécurité, dans les Balkans, dans le Caucase comme en Asie centrale.

Troisièmement, dans la dimension humaine, les Etats ont pris de nombreux engagements en matière de démocratie, de droits de l’homme et d’Etat de droit.

Il importe maintenant de mettre en œuvre les engagements pris et d’en améliorer le monitoring.

Les institutions qui y contribuent méritent un soutien politique et financier continu.

Dans ce contexte, la société civile peut apporter une contribution importante comme démontré lors de la récente conférence parallèle de la société civile de l’OSCE.

L’OSCE doit continuer de promouvoir des élections démocratiques. L’organisation doit rester unie afin de ne pas affaiblir sa crédibilité. 

Le combat contre la violence faite aux journalistes et le développement de nouvelles technologies telles Internet et des médias sociaux appellent aussi des décisions adaptées. Les droits de l’homme et les libertés fondamentales s’appliquent également en ligne. 

En résumé trois priorités donc pour trois dimensions:

- La sécurité politico-militaire par un meilleur contrôle des armes conventionnelles et une meilleure lutte contre les dangers non-conventionnels et cybernétiques.
- Recherche d’une marque de fabrique dans la deuxième dimension 
- Une mise en œuvre complète des engagements et un monitoring amélioré dans la dimension humaine.


Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

Nous nous réjouissons de travailler avec l’Ukraine au sein de la troïka, nous la félicitons de sa présidence en 2013 et l’assurons de notre plein soutien.

Vous nous avez accordé votre confiance en nous attribuant la présidence de l’organisation en 2014.

Nous le ferons en étroite coordination avec la Serbie qui prendra le relais en 2015. 

Si notre pays n’a pas d’accès à la mer, il a par contre de nombreuses rivières. Nous avons donc une très longue tradition de constructeur de ponts. En politique étrangère aussi nous voulons construire des ponts et nous nous y emploierons.  

Avec la Serbie, nous établissons un plan de travail conjoint qui permettra une meilleure prévisibilité et une plus grande continuité du travail de l’organisation. Dans cette perspective, nous proposons qu’à l’avenir les présidences soient définies trois ans à l’avance.

Notre organisation a de nombreux succès à son actif. En mai de cette année, elle a démontré son efficacité en facilitant avec succès le vote au Kosovo lors des élections parlementaires et présidentielles serbes, et ceci dans des délais très serrés.

Par ailleurs, elle accueille un 57e Etat participant, la Mongolie, que nous félicitons et à qui nous souhaitons la bienvenue.

L’OSCE doit rester en phase avec notre monde. Cela commence aujourd’hui à Dublin. Pour paraphraser Joyce, l’OSCE sera demain, ou dans le futur, ce que nous établissons aujourd’hui.

Je vous remercie.


Indirizzo per domande:

Informazione DFAE
Palazzo federale ovest
CH-3003 Berna
Tel.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editore

Dipartimento federale degli affari esteri


Ultima modifica 26.01.2022