Mobilisation après le séisme au Népal

L’Aide humanitaire de la Confédération a très vite réagi au séisme meurtrier qui a ébranlé le Népal le 25 avril 2015 en envoyant, dès le jour suivant, une équipe de sept experts pour évaluer les besoins en aide d’urgence. Deux priorités ont été identifiées: la distribution de matériel de secours et les soins médicaux à apporter aux mères et aux enfants. La DDC, qui englobe l’Aide humanitaire, accompagne aujourd’hui les autorités népalaises dans la planification des travaux de reconstruction.

D’après les derniers bilans, plus de 8700 personnes ont perdu la vie à la suite du séisme qui a frappé le centre du Népal le 25 avril 2015. Et près de 800'000 maisons ont été endommagées ou détruites. 

Moins de 48 heures après la catastrophe, une équipe d’intervention d’urgence de sept personnes de l’Aide humanitaire suisse arrivait dans la capitale Katmandou pour procéder à une première évaluation des besoins. Sur place, les experts ont pu compter sur la collaboration du personnel de l’ambassade de Suisse et du bureau de la DDC au Népal. 

Distribution de matériel de secours

Sur la base des observations réalisées par l’équipe d’urgence, la DDC a procédé à la distribution de plus de 200 tonnes de matériel de secours (bâches, tôles ondulées, couvertures, matelas et sets de cuisine) et de déblaiement (pelles, pioches, brouettes, casques, gants et masques de protection). Plus de 40'000 familles réparties dans sept districts touchés par le séisme ont bénéficié de cette aide d’urgence. Dans les zones les plus reculées, l’acheminement du matériel s’est fait par hélicoptère, lorsque les populations ne venaient pas elles-mêmes, au prix de deux à trois jours de marche, chercher elles-mêmes les biens mis à disposition. 

Des experts du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA) ont également livré 50 installations de production de chlore pour rendre l’eau potable et réduire le risque de maladies. Chacune de ces installations peut désinfecter jusqu’à 48’000 litres d’eau potable à l’heure et, ainsi, desservir 2400 personnes quotidiennement. 

L’hôpital de Bungamati, au sud de Katmandou, s’est vu remettre du matériel médical devant lui permettre de soigner 10'000 personnes pendant trois mois. 

Soins «mère et enfant»

En parallèle aux premières livraisons de matériel, une unité composée de dix médecins, sages-femmes et logisticiens spécialisés dans les soins «mère et enfant» est arrivée en renfort le 29 avril au Népal. Le rôle de ces spécialistes du CSA fut d’assister l’hôpital régional de la ville de Gorkha, située à 80 km de la capitale Katmandou, dans la prise en charge des patients qui affluaient. 

L’hôpital de Gorkha a été choisi, en étroite coordination avec les autorités népalaises et les autres acteurs humanitaires engagés, pour le rôle essentiel qu’il joue en termes de provision de soins de santé. Quelque 260'000 personnes en dépendent en temps normal. 

Durant le mois qu’a passé l’équipe médicale suisse à Gorkha, près de 3000 patients ont bénéficié de soins. Avec leurs collègues népalais, les médecins suisses ont opéré 54 enfants et 78 adultes, et facilité 57 accouchements, dont 4 par césarienne. En plus de soigner les Népalais blessés par le séisme, le personnel soignant suisse présent à Gorkha a permis à la population de continuer de recevoir des soins de base, pédiatriques en particulier. 

Restauration de voies d’accès

Dans le domaine des infrastructures, les experts humanitaires et leurs collègues du bureau de la DDC à Katmandou ont jugé prioritaire de restaurer plusieurs routes et chemins détruits par le séisme dans la région de Gorkha. L’objectif était double: permettre aux populations concernées de circuler et, le cas échéant, garantir un accès de l’aide humanitaire aux villages de montagne. 

En se basant sur sa longue propre expérience de gestion de chantiers au Népal, la DDC a opté pour une formule «cash for work». Quelque 600 villageois se sont mobilisés pour reconstruire un premier tronçon piéton long de 17km au nord de Gorkha, en échange d’un salaire. D’autres voies d’accès sont en cours de réfection grâce au soutien de la DDC. 

Constructions résistantes aux séismes

Durant les quarante jours qu’a duré la phase d’aide d’urgence, l’Aide humanitaire suisse a mobilisé un total de 70 spécialistes membres du CSA. 

Pour les mois à venir, la DDC s’est engagée auprès des autorités népalaises à renforcer les compétences locales dans le domaine de la construction de bâtiments résistants aux séismes. Concrètement, elle proposera des modules de formation spécifiques aux maçons et menuisiers népalais, sur la base d’expériences positives réalisées en Haïti ou au Pakistan. 

Le bureau de la DDC à Katmandou réaffectera une partie de son budget pour des travaux de reconstruction, en veillant à ce que les groupes de population particulièrement vulnérables (femmes, enfants, minorités ethniques) soient pleinement associés aux chantiers. A l’heure actuelle, trois experts suisses assistent le gouvernement népalais et une coalition de pays donateurs dans l’élaboration d’un document clé déclinant les besoins prioritaires du Népal en matière de de reconstruction. 

La DDC soutient, enfin, un centre de conseil psychosocial dans sa prise en charge de victimes traumatisées par le séisme. Le centre est situé à l’est de la capitale Katmandou, dans une région où la coopération suisse est active depuis les années 1960. 

La DDC a prévu d’allouer près de 30 millions CHF pour venir en aide aux victimes du séisme.

L'ambassadeur de Suisse au Népal, Urs Herren
L'ambassadeur de Suisse au Népal, Urs Herren © Laxman Uprety

Népal: un an après le séisme

L’ambassadeur de Suisse au Népal, Urs Herren, évoque les efforts consentis par la Suisse pour aider le pays à se rétablir.

Un maçon s’entretient avec deux villageois devant une maison réhabilitée
Une des priorités de la Suisse après le séisme a été de former des maçons népalais aux techniques de construction durable. © DDC

La reconstruction du Népal sur le terrain

Après avoir engagé une aide humanitaire d’urgence au lendemain du séisme du 25 avril 2015, la Suisse a multiplié les interventions pour faciliter le quotidien des Népalais.

Liens

Documents