Un marché du travail attractif pour les jeunes kosovares


Un jeune homme travaille sur un système électrique.
Les jeunes kosovares bénéficient d’une formation axée sur la demande afin de favoriser leur entrée sur le marché de travail. © Layla Barakè

Le projet intitulé « Enhancing Youth Employment » a pour but d’améliorer les opportunités sur le marché du travail pour les jeunes kosovares, une catégorie de population fortement touchée par le chômage. En mettant en relation les employeurs et les demandeurs d’emploi, et en formant ces derniers afin qu’ils acquièrent les qualifications demandées sur le marché de l’emploi, le taux de chômage baisse et la croissance augmente.

Pays/région Thème Période Budget
Kosovo
Emploi & développement économique
Formation professionelle
Création d'emplois
Formation professionnelle
01.01.2017 - 31.12.2020
CHF 7'570'000

Plus d’un tiers de la population sans emploi

Les 15-34 ans représentent plus de 55% de la population kosovare. En 2015, 36'000 d’entre eux sont entrés sur le marché du travail alors que seuls 17'323 postes ont été créés. Il en résulte un taux de chômage général de 32,9%. Ce taux est bien plus élevé chez femmes et les minorités. Chez les Roms, les Ashkali et les Egyptiens (RAE), il atteint 80%.

Les causes profondes du haut taux de chômage résident dans deux éléments : premièrement, la coordination insuffisante entre les prestataires d'éducation et les entreprises. L’éducation et la formation professionnelles ne correspondent pas suffisamment aux exigences du marché du travail. Deuxièmement, même si les jeunes ont les bonnes compétences, les employeurs ne les repèrent pas. Ce marché du travail bloqué décourage la jeune génération qui manque d’opportunité de carrière et de perspectives d’avenir au Kosovo. Ces frustrations peuvent faire naître un désir d’émigration. 

La phase 1 du projet de la DDC a permis les progrès suivants : 

  1. Des partenariats avec le secteur privé ont créé 2’200 postes de travail ;

  2. 9'400 personnes ont trouvé en emploi grâce aux services visant à rapprocher l’offre (demandeurs d’emploi) et la demande (employeurs) ;

  3. 6’500 jeunes ont bénéficié de meilleures formations dispensées par des prestataires d’éducation publics et privés. 

Un effort particulier sur l’emploi des femmes, des jeunes moins qualifiés et des minorités ethniques

La phase 2 entend continuer sur ce chemin en renforçant les partenariats publics-privés, en encourageant une formation professionnelle axée sur la pratique et en proposant des service d’orientation professionnelle.  A la fin de 2020, 5’000 jeunes devraient être employés, 20'000 mieux formés en acquérant les qualifications exigées sur le marché du travail et 100'000 mieux informés sur les possibilités de carrières.

De plus, cette nouvelle phase entend cibler d’avantage l’autonomisation des femmes, des jeunes moins qualifiés et des minorités. 40% des 5’000 nouveaux employés devront être des femmes, 20% des jeunes peu formés et 10% des personnes issues des communautés minoritaires. Ils bénéficieront de mesures ciblées : 

  1. Sensibiliser les médias et encourager des partenariats pour créer des conditions sociales et réglementaires permettant aux femmes un meilleur accès au marché du travail ;

  2. Encourager l’éducation et la formation professionnelle dans le secteur des métiers manuels ;

  3. Identifier et soutenir les secteurs, aires géographiques et partenaires à fort potentiel et familiers avec les besoins des communautés minoritaires.

Afin de poursuivre son engagement en faveur des objectifs de développement durable (Sustainable Development Goals), la Suisse soutient avec ce projet les objectifs 4 et 8, promouvant notamment l’accès de tous à l’éducation et une croissance économique soutenue.