Relations bilatérales Suisse–Mali

La Suisse s’engage pour la sécurité, la stabilité et le développement du Mali. Ces appuis sont mis en œuvre au travers de trois instruments de politique étrangère que sont la coopération au développement, l’aide humanitaire et la politique de paix.

Au niveau économique, plusieurs accords bilatéraux ont été conclus entre les deux pays.

Coopération économique

La Suisse a conclu différents accords avec le Mali (commerce et coopération économique, protection réciproque des investissements, transports aériens civils). En 2019, le volume des échanges s’élevait à 1,3 milliards CHF, ce qui fait du Mali le 5ème partenaire commercial de la Suisse en Afrique. La Suisse exporte principalement des produits pharmaceutiques et des machines au Mali. Quant aux importations, elles sont presque exclusivement composées d’or.

Soutien commercial (Switzerland Global Enterprise)

Coopération en matière d’éducation, de recherche et d’innovation

L’accès à une éducation de qualité pour tous les enfants maliens reste un objectif prioritaire du gouvernement car les taux d’accès à l’éducation restent très faibles. La Suisse par différents biais accompagne la réalisation de cet objectif. Les programmes dans ce domaine facilitent l’accès à une éducation de qualité pour les enfants et les jeunes marginalisés et exclus du système scolaire. Pour ce qui est de la formation professionnelle, le faible niveau de qualification de la main d’œuvre constituant un frein au développement, les programmes soutiennent les formations qui répondent aux besoins du marché de l’emploi. Celles-ci sont destinées principalement aux femmes, aux jeunes et aux personnes en situation de handicap et adaptées aux besoins du marché du travail en zones urbaine et péri-urbaine.

Pour l’obtention d’une bourse d’excellence de la Confédération, les chercheurs et artistes maliens peuvent déposer un dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI).

Bourses d’excellence de la Confédération suisse pour chercheurs et artistes étrangers, SEFRI

Promotion de la paix et de la sécurité humaine

La Suisse soutient depuis 2008 des activités favorisant la paix et la prévention de la violence au Mali. Elle s’investit en particulier pour la mise en œuvre de l’Accord de Paix de 2015 et favorise des cadres de dialogue inclusifs. Elle appuie par exemple des initiatives d’échange civilo-militaire contribuant à établir la confiance entre la population et les acteurs de sécurité maliens. Dans le passé, elle a soutenu des projets donnant aux femmes et aux jeunes des outils de résolution de conflits. Actuellement, elle favorise le dialogue entre savants religieux afin d’élaborer et de diffuser des messages de prévention de la violence

Sous l’angle du renforcement de capacités, elle contribue au développement de la composante civile de l’Ecole de Maintien de la Paix et met à disposition l’un des seuls cours de médiation sur le continent. Elle fournit également aux organisations internationales - telles que la mission des Nations unies MINUSMA ou la mission de l’Union européenne EUCAP Sahel Mali - des experts suisses civils et policiers qui mettent leurs compétences au profit de ces missions dans les domaines du rétablissement de l’autorité de l’Etat, de la réforme de la justice et de la sécurité, de la promotion et la protection des droits de l’homme, et de l’aide humanitaire.

Coopération au développement et aide humanitaire

Au Mali, la Suisse intervient principalement dans le développement rural, la sécurité alimentaire, la gouvernance, la promotion de la paix ainsi que l’éducation de base et la formation professionnelle.

La Suisse a progressivement construit son action auprès des populations et des institutions du pays grâce à son engagement de longue date et à l’importance accordée au renforcement du pouvoir des acteurs locaux dans les prises de décision les concernant. Elle accompagne les acteurs privés et publics dans la mise en œuvre de projets axés sur le développement rural. Plus des deux tiers de la population vit en milieu rural et leurs activités sont à l’origine d’environ un tiers du PIB. Dans ce contexte, la Suisse, par le biais de la direction du développement et de la coopération (DDC) soutient la réalisation d’initiatives permettant une hausse de la productivité agricole et des revenus.

Dans le nord du pays, la Suisse a repris ses activités de coopération au développement et renforcé ses interventions humanitaires. L’accès humanitaire dans certaines zones du nord reste difficile et la fourniture de services de base aux populations est compliquée.

La Suisse promeut dans ses zones d’intervention la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations et accompagne le gouvernement malien dans la définition et la mise en œuvre de la Politique Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle en faveur des plus vulnérables. Des systèmes agropastoraux compétitifs et durables permettent d’améliorer les revenus des exploitations familiales.

Le Mali connait depuis 2012 une crise sécuritaire et humanitaire. Il présente néanmoins une capacité de résilience remarquable et jouit de nombreuses opportunités. Le pays a connu en 2015 un taux de croissance de 5%. Il dispose d’un fort potentiel agropastoral à valoriser et d’une population jeune à mobiliser (croissance démographique de 3,6% par an, 65% de la population a moins de 25 ans). Les défis restent néanmoins la paix et la sécurité, la lutte contre la pauvreté, la gouvernance, l’éducation et l’emploi. La Suisse accompagne les autorités et le peuple malien dans les efforts qu’ils déploient pour exploiter ces opportunités et relever ces défis.

La Suisse accompagne également les efforts accomplis par le pays dans le domaine de la réconciliation nationale et mène des projets en matière de protection des civils (promotion du droit humanitaire international).   

La Suisse et le Mali

Les Suisses au Mali

Fin 2019, 69 ressortissants suisses vivaient au Mali et 201 ressortissants maliens vivaient en Suisse.

Historique des relations bilatérales

Le Conseil fédéral a reconnu la République du Mali le 26 septembre 1960 et établi des relations diplomatiques avec le pays en 1961. Dès 1970, le Mali intéresse des entreprises spécialisées dans la chimie, le textile et le ciment. Cette évolution aboutit en 1977 à la signature d’un accord de coopération technique entre les deux pays.

S’ensuivent en 1978 deux autres accords, l’un de commerce et de coopération économique, l’autre d’encouragement et de protection réciproque des investissements. En 1989, des accords bilatéraux visant à échelonner la dette du Mali et à soutenir le programme d’ajustement structurel de la Banque mondiale sont conclus.

Accusé par la presse malienne d’importants détournements de fonds publics, le président du Mali est renversé en 1991. Le DFAE prend alors une décision sans précédent en soutenant financièrement les démarches du gouvernement malien afin de lui permettre de retrouver et de récupérer ces fonds supposés avoir été déposés en Suisse. C’est ainsi que quelque 3,9 millions de francs sont restitués au pays en 1997. Par la suite, l’approche qu’elle a adoptée pour le Mali a servi de modèle à la Suisse pour gérer des cas similaires.

La DDC est présente au Mali depuis les grandes sécheresses des années 1970. Son aide a tout d’abord porté sur la protection de l’environnement, l’approvisionnement en eau et la santé.

Mali, dictionnaire historique de la Suisse