Redevabilité, sécurité et prévention de l’extrémisme violent pour les citoyennes et citoyens tunisiens (RESPECT), Phase 1


L’intervention contribue à la prévention de l’extrémisme violent en renforçant la capacité des autorités à déterminer les causes de celui-ci et les moyens de les prévenir par des actions concrètes dans tous les secteurs d’activité de l’Etat, en collaboration étroite avec la société civile. Elle vise notamment à améliorer la relation de confiance entre les citoyens et les agents de l’Etat chargés de garantir leur sécurité par une meilleure redevabilité, une information plus transparente du public et une implication de la société civile dans les décisions.

Región/País Tema Período Presupuesto
Túnez
Conflito y fragilidad
Governance
Gestión y reforma de los sistemas de seguridad
Prevención de los conflictos
Desarrollo de los servicios legales y judiciales
01.12.2017 - 30.11.2020
CHF 3'900'000
Contexto La transition démocratique tunisienne est fragilisée par la stagnation économique et par les effets d’exclusion sociale, économique et politiques hérités des régimes autoritaires qui continuent à alimenter les causes de l’extrémisme violent qui attire un nombre disproportionné de Tunisiens. Cette situation menace la sécurité humaine des citoyennes et des citoyens. Les efforts du gouvernement tunisien à surmonter les défis n’ont pas encore permis de renforcer la confiance dans les institutions de l’Etat, y compris dans le secteur de sécurité.
Objetivos L’objectif pour 2026 est le renforcement des instruments de redevabilité du secteur de sécurité, du cadre légal applicable respectant la constitution et les droits de l’homme, et des principes de l’exercice démocratique des forces de sécurité. Des politiques publiques consultées et mises en œuvre par le gouvernement déploient des effets mesurables de prévention de l’extrémisme violent. L’impact pour les citoyennes et citoyens notamment des zones péri-urbaines et des régions de l’intérieur se mesure par la réduction des dysfonctionnements causant des fractures aux niveaux individuel et collectif, et par la qualité des prestations de services de sécurité répondant à leurs besoins.
Grupos destinarios Le parlement, le gouvernement, notamment la Commission nationale de lutte contre le terrorisme (réunissant 14 Ministères), les Ministères de l’intérieur, de la défense de la justice, les autorités judiciaires, les instances de contrôle indépendantes et les autorités locales, les médias, des organisations spécialisés de la société civile et les citoyennes et citoyens des régions péri-urbaines et de l’intérieur.
Efectos a medio plazo
  1. Politiques publiques réformées : un cadre réglementaire du secteur de sécurité conforme aux standards internationaux, et des approches intégratives et participatives prévenant le phénomène de l’extrémisme violent sont mises en œuvre et testées.
  2. Institutions sécuritaires plus efficaces et plus redevables à travers l’adoption de bonnes pratiques, la capacité de communiquer de manière plus transparente, et de rendre des comptes aux institutions publiques de contrôle et à la société civile.
  3. Des jeunes Tunisiens coopèrent avec les autorités locales pour assurer une meilleure sécurité, tester des démarches concertées et contextualisés de PVE au niveau local, et intégrer les expériences utiles au développement de politiques nationales.
Resultados

Resultados previstos:   La Commission nationale de lutte contre le terrorisme identifie et comble ses besoins de connaissances, d’expertise et de planification, de communication et de consultation. Le parlement, les instances de contrôle et la société civile formulent des recommandations spécifiques au secteur de sécurité. Les procureurs utilisent des preuves médico-légales, et les ministères pertinents publient des statistiques fiables.


Resultados de las fases anteriores:   A travers son soutien à DCAF depuis 2011, la Suisse a contribué à un début de désenclavement du débat sur la sécurité et au renforcement des capacités notamment dans les domaines de la création d’informations publiques et dans l’introduction de nouvelles méthodes. Ce soutien à aussi montré l’importance de renforcer les capacités d’engagement de la société civile, et un taux de succès accru dans des actions impliquant plusieurs acteurs étatiques. L’engagement suisse en matière de prévention de l’extrémisme violent a montré l’ouverture du gouvernement tunisien à des approches innovatrices et pluri-disciplinaires.


Dirección / Officina Federal responsable COSUDE
Crédito Cooperación al desarrollo
Contrapartes del proyecto Contraparte del contrato
Otra organización internacional
Organización de las Naciones Unidas (ONU)
  • Geneva Centre for the Democratic Control of Armed Forces
  • Programa de las Naciones Unidas para el Desarrollo


Otras contrapartes
Programme régional PVE PNUD. Pour DCAF, les membres du Fonds d’affectation (Pays-Bas, Allemagne, Suède, Luxembourg, République slovaque, Belgique.
Coordinación con otros proyectos y actores Des synergies existent avec les efforts visant le renforcement du système de redevabilité et de la participation des jeunes dans les décisions publiques (DDC en planification, DSH). DCAF coordonne notamment avec le PNUD et d’autres acteurs onusiens. Les capacités de coordination de la Commission nationale de lutte contre le terrorisme, et la coordination onusienne en PVE font partie du projet.
Presupuesto Fase en curso Presupuesto suizo CHF   3'900'000 Presupuesto actual suizo ya emitido CHF   2'822'284
Fases del proyecto Fase 99 01.12.2020 - 30.11.2026   (Active) Fase 1 01.12.2017 - 30.11.2020   (Fase en curso)