Le renforcement des capacités: un processus en faveur du changement

A travers le renforcement des capacités, la DDC aide les populations et les institutions des pays partenaires à améliorer eux-mêmes leurs conditions de vie. Selon la coopération internationale au développement de la Suisse, le renforcement des capacités est essentiel pour réduire la pauvreté.

En point de mire de la DDC

L’approche de la DDC en matière de renforcement des capacités se fonde sur des principes tels que l’appropriation, la flexibilité, l’orientation vers les processus et la subsidiarité. Sur le plan opérationnel, l’appui est spécifique aux pays, répondant aux priorités de développement définies par les pays partenaires et faisant appel le plus possible à l’expertise locale. Le développement d’institutions compétentes – élément capital pour assurer une gestion saine des ressources publiques et fournir des services efficaces – est un thème transversal de la coopération suisse au développement. Enfin, priorité est accordée aux partenaires acteurs du changement, la coopération suisse jouissant d’une longue tradition dans le travail en partenariat. Les partenariats sont flexibles, évoluent et se construisent avec les acteurs locaux – gouvernementaux ou non gouvernementaux – qui sont capables d’entamer, de soutenir et d’accompagner eux-mêmes le processus de changement.

Pour renforcer les capacités, il est essentiel d’instaurer un climat de confiance mutuelle. Ce processus dépend dans une large mesure de la manière dont la coopération au développement est appréhendée et mise en pratique. Pour la coopération internationale suisse au développement, le renforcement des capacités est à la fois un moyen et une fin.

L’intérêt accru pour le renforcement des capacités dans les années 1990 résulte d’un constat d’insuffisance de l’aide au développement au cours de la période antérieure, faisant notamment apparaître que le simple transfert technique de modèles de savoir et de développement du Nord au Sud ne permettait pas à lui seul de relever l’essentiel des défis en matière de développement. Il en est résulté un changement de paradigme. L’approche précédemment essentiellement fondée sur les capacités techniques a évolué, prenant en considération les compétences humaines et organisationnelles, avec un accent sur l’auto appropriation et le leadership des pays partenaires.

Qu’entend-on par renforcement des capacités et que signifient capacités ?

Le renforcement des capacités est un processus visant à améliorer la performance aux quatre niveaux des individus, des organisations, des réseaux et du système au sens large dans le but d’une amélioration des possibilités de gestion et de ressources.

Les capacités comprennent les compétences techniques (connaissances et savoir-faire techniques ou spécialisés dans des domaines comme la finance ou l’infrastructure) et celles humaines ou sociales (communication, leadership, etc.) permettant à des individus, organisations, réseaux et systèmes sociaux d’exercer leurs fonctions et d’atteindre leurs objectifs de développement.

L’importance du renforcement des capacités dans la coopération internationale

Le consensus sur l’importance du renforcement des capacités a été formulé par l’Organisation de Coopération et de développement économiques (OCDE) dans la Déclaration de Paris signée en 2005 et dans le Programme d’action d’Accra adopté en 2008. A l’heure actuelle, le renforcement des capacités et des compétences est un défi majeur dans le cadre de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et une préoccupation importante pour l’harmonisation et l’alignement des donateurs.

Le renforcement des capacités du point de vue de la DDC

Pour la DDC, le renforcement des capacités comprend quatre dimensions interdépendantes et est représenté graphiquement par un papillon, dont chacune des quatre ailes correspond à un niveau: l’individu, les réseaux, l’organisation et le système. Le papillon s’oriente vers les potentiels et opportunités; il doit impérativement coordonner le mouvement de ses ailes pour pouvoir voler. Le renforcement des capacités favorise l’autonomisation (empowerement) qui est est le corps du papillon.

Quelques défis clés

Quelles capacités faut-il développer et dans quel but?

Le renforcement des capacités s’inscrit dans une dynamique de changement et de transformation – tant des individus et de l’organisation que de la société. Il est également rattaché à des valeurs, auxquelles font écho des questions comme: à qui s’adresse le renforcement des capacités et dans quel but ? Le renforcement des capacités incombe en premier lieu aux populations et aux institutions dans les pays partenaires, qui doivent conduire le processus de changement en fixant leurs propres objectifs de développement dans le cadre des systèmes politique et de gouvernance qui leur sont propres. L’appropriation est un prérequis au renforcement des capacités.

Clarification des rôles et des responsabilités des parties prenantes

Les agences donatrices sont des acteurs externes qui soutiennent leurs partenaires dans l’exécution de leurs tâches. Ceci requiert une approche basée sur des connaissances et une compréhension spécifiques aux contextes, doublée de flexibilité en fonction des besoins des pays partenaires.

Comment le renforcement des capacités est-il mesuré?

Le renforcement des capacités est un processus de longue durée aux trajectoires souvent peu prévisibles; il est dès lors difficile de montrer des résultats concrets à court terme. Des indicateurs de processus et des marqueurs de progrès à court terme peuvent toutefois faciliter l’évidence de changements réalisés sur le long terme.

Documents

SDC Capacity Development concept, Working Paper, April 2006
Working Paper (PDF, Nombre de pages 11, 140.7 kB, Anglais)

Peer Review of the Development Cooperation Policies and Programmes of Switzerland
Development Co-operation Directorate/Development Assistance Committee, Berne, 2009
(PDF, 1.2 MB, Anglais)

Inventory of Donor Approaches to Capacity Development, what we are learning
including Switzerland fact sheet on Capacity Development - OECD/DAC, Capacity Development team, updated October 2010
(PDF, 1.0 MB, Anglais)

“Getting from skills to better performance – what do we know?”
Nils Boesen, 11.06.210
(PDF, Nombre de pages 4, 245.8 kB, Anglais)

“Training and Beyond: Seeking Better Practices for Capacity Development”
Jenny Pearson, LenCD/OECD Development Cooperation, Working Papers, No. 1, April 4, 2011
(PDF, Nombre de pages 56, 899.1 kB, Anglais)

Tools, Techniques – Learning Activities
LenCD, 2010
(PDF, 256.2 kB, Anglais)