Département fédéral des affaires étrangères DFAE

La Suisse et les pays Baltes: que leur inspirent 100 ans de relations?

Estonie, Lettonie, Lituanie: les trois pays européens célèbrent 100 ans de relations bilatérales avec la Suisse et 30 ans de reprise des relations après la chute de l’ère soviétique. Nous avons demandé à celles et ceux qui travaillent quotidiennement à construire les relations de nous dire ce que leur inspire cet anniversaire.

A Vilnius, des visiteurs observent des affiches retraçant 100 ans de votes en Suisse

De nombreux événements marquent l’anniversaire dans les pays. Ici, l’exposition «Votes and Voices (100 ans d'affiches sur les votes suisses en œuvres graphiques) est inaugurée à Vilnius en mai 2021. © DFAE

2000 kilomètres séparent les montages et les alpages helvétiques des paysages verdoyants et colorés des trois pays qui bordent la mer baltique – l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Les pays sont modernes, ouverts sur l’avenir, engagés dans les défis du 21e siècle. Les cultures sont riches et les identités façonnées par des siècles l’histoire. Des ambassades et des consulats témoignent des bonnes relations, des échanges multisectoriels et de la confiance qui lient la Suisse avec les Pays baltes.

Konstantin Obolensky
Konstantin Obolensky © DFAE

«Les constitutions de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie ont notamment été influencées par la Constitution fédérale»: Konstantin Obolensky, ambassadeur de Suisse en Lettonie, en Lituanie et en Estonie

«Les trois pays se souviennent très bien que la Suisse n’a jamais reconnu leur annexion par l’Union soviétique en 1941. Les projets que la Suisse y a financés dans les années 1990 dans le cadre de l’aide aux pays de l’Est sont restés dans la mémoire des populations et des gouvernements et ont fait une différence tangible dans la vie des gens.

La Suisse entretient de très bonnes relations avec les trois États baltes. Elle est considérée comme un partenaire fiable et jouit d’une grande réputation auprès d’eux. Par ailleurs, la voie suivie par la Suisse en matière de politique européenne et de neutralité suscite dans ces pays une large compréhension.

Amitié et cordialité, pragmatisme, orientation vers l’avenir, souci de la nature, Constitution: tels sont les mots clés qui caractérisent les liens unissant la Suisse et ces trois pays. Ces relations se sont développées suite au soutien financier que la Suisse a apporté aux trois États baltes lors du recouvrement de leur indépendance. La Suisse porte comme eux un grand intérêt à la protection du climat, à la durabilité et à la numérisation.

Dans les pays baltes comme en Suisse, l’amour de la nature est largement partagé. Les constitutions de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie ont notamment été influencées par la Constitution fédérale, qui a même servi de modèle à leur rédaction. Nous pouvons commémorer un siècle de très bonnes relations avec la Lettonie, l’Estonie et la Lituanie. Maintenant, nous nous réjouissons à la perspective de renforcer encore les partenariats que nous avons noués de longue date.

Un peu d’histoire

Tout commence par des décisions du Conseil fédéral. Nous sommes en 1921. La Suisse se prononce sur la «reconnaissance de jure des États périphériques russes». Estonie et Lettonie, puis Lituanie obtiennent, à quelques mois d’intervalle, la reconnaissance de la Suisse.

Les pays sont, pour la première fois, indépendants et en paix avec l’Empire russe. La Suisse ouvre ses premières représentations. En 1940 pourtant, l’URSS annexe les territoires et les relations sont rompues. Elles reprennent trente années plus tard avec l’effondrement du bloc soviétique et l’indépendance retrouvée des Pays baltes.

Reconnaissance de l’Estonie et la Lettonie, document historique, 1921, Doodis

Reconnaissance de la Lituanie, document historique, 1921, Doodis

Veronika Erte
Veronika Erte © Ambassade de Lettonie en Suisse

«L’intérêt réciproque entre nos deux pays a une longue histoire»:

Veronika Erte, ambassadrice de Lettonie en Suisse

«Je me félicite de l’excellence des relations entre la Lettonie et la Suisse dans de nombreux domaines. Nous apprécions beaucoup les liens d’amitié qui nous unissent à la Suisse.

En 2021, nous commémorons le centième anniversaire de la reconnaissance de jure de la République de Lettonie par la Suisse le 23 avril 1921, et le 30e anniversaire de la reconnaissance par la Suisse, le 29 août 1991, de la restauration de l’indépendance de la République de Lettonie, ainsi que du rétablissement, le 5 septembre 1991, des relations diplomatiques entre nos deux pays.

L’intérêt réciproque entre nos deux pays a une longue histoire. Nous sommes particulièrement reconnaissants à la Suisse de n’avoir jamais reconnu l’occupation soviétique de la Lettonie en 1940. Je me réjouis vivement de la visite officielle que le conseiller fédéral Ignazio Cassis effectue en Lettonie en cette année marquée par plusieurs anniversaires. C’était pour moi un plaisir et un honneur particuliers que de contribuer à l’approfondissement des relations entre nos deux États.»

Richesse des relations bilatérales

La Suisse a développé des relations diplomatiques et soutenu les trois Etats baltes que sont l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, avec un grand nombre de programmes et de mesures, après leur retour à l'indépendance, en 1990. Puis, la normalisation des relations et les progrès des processus de réforme et de transformation des trois pays ont atténué la nécessité d'une politique particulière. Aujourd’hui, le Conseil fédéral maintient des bonnes relations bilatérales à quelque niveau que ce soit.

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis effectuera une visite officielle dans les pays baltes du 4 au 8 juillet 2021. Ce voyage le conduira en Lettonie, en Estonie et en Lituanie. À Vilnius, les 7 et 8 juillet 2021, il participera également à la conférence sur la réforme de l'Ukraine. Les entretiens bilatéraux porteront sur la politique européenne, le bon fonctionnement de la coopération et les défis internationaux actuels.

Lire plus

Paavo Järvi
Paavo Järvi © Orchestre de la Tonhalle de Zurich

«Nous portons jusqu’à l’autre bout de la planète la force unificatrice de la musique qui cimente l’amitié entre nos deux pays»: Paavo Järvi, chef et directeur musical de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich

«Je m’appelle Paavo Järvi et je viens d’Estonie. Je suis le directeur musical de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich et je dirige également d’autres orchestres dans le monde.

La musique est emblématique de l’Estonie, je suis fier que nous puissions contribuer en Suisse à un partenariat noué il y a déjà cent ans. C’est un accomplissement et un grand honneur pour moi de jeter des passerelles entre les gens du monde entier grâce à un orchestre riche d’une longue tradition, qui est l’un des meilleurs au monde.

Les contacts très étroits que nous entretenons en Suisse avec des compatriotes et amis comme Arvo Pärt, Erkki-Sven Tüür ou le Chœur national d’hommes d’Estonie RAM font de nous des ambassadeurs de nos pays respectifs. Nous portons jusqu’à l’autre bout de la planète la force unificatrice de la musique qui cimente l’amitié entre nos deux pays.

Toomas Kukk
Toomas Kukk © Ambassade d’Estonie en Suisse

«Une première absolue! - Nous aurons une liaison aérienne directe entre l’Estonie et la Suisse»: Toomas Kukk, ambassadeur d’Estonie en Suisse Toomas Kukk, ambassadeur d’Estonie en Suisse

«Depuis l’établissement de relations diplomatiques il y a 100 ans, et surtout au cours des 30 années qui se sont écoulées depuis que l’Estonie a recouvré son indépendance, l’Estonie et la Suisse ont tissé d’excellentes relations bilatérales.

Nos pays entretiennent également une coopération fructueuse au sein des organisations internationales, et nos entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à vouloir faire des affaires dans l’autre pays. Nos liens culturels se développent favorablement, le meilleur exemple en étant la nomination d’un Estonien, Paavo Järvi, à la direction de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich, mondialement connu.

La Suisse abrite sur son sol un millier d’Estoniens, qui y étudient ou y travaillent ou qui sont mariés à des Suisses. Ils contribuent quotidiennement au développement de la Suisse, tout en préservant et en entretenant activement la langue et la culture estoniennes en Suisse.

Dans ce contexte, l’ouverture cet été d’une liaison aérienne directe assurée par Swiss entre l’Estonie et la Suisse, à savoir entre Zurich et Tallinn, constitue un facteur très positif – et une première absolue!

Entering to the second century of our diplomatic relations, Estonia is determined to further strengthen and deepen our mutually beneficial relations with Switzerland.»

Diplomatie culturelle

Les mouvements de population s’installant hors de leurs frontières nationales contribuent au rayonnement des cultures et aux relations entre les pays. Terres d’origines et terres d’accueils deviennent les lieux où s’expriment les talents et où s’exposent les œuvres.

Paavo Järvi, chef de l'orchestre du célèbre Tonhalle de Zurich, originaire d’Estonie l’écrit très bien: «la musique est la carte de visite de l'Estonie (…). C'est un accomplissement et un grand honneur pour moi de jeter des ponts entre les gens du monde entier».

Ce fut le cas aussi de l’écrivain et du poète letton Janis Rainis, surnommé le «Goethe letton». Pour fuir un pays occupé, il passa, avec son épouse Azpazija, 14 années à Castagnola, près de Lugano (1906-1920). Pour Rainis, le séjour Tessinois fut la période la plus féconde sur le plan poétique. C'est là que la majeure partie de son importante œuvre littéraire, qui a façonné le nationalisme letton, a vu le jour.

En 2018, la ville de Lugano, en collaboration avec l'Association des musées commémoratifs de Lettonie, a ouvert une exposition muséale consacrée à l'exil en Suisse de Rainis et Aspazija. (Museo Rainis e Aspazija)

Laimonas Talat-Kelpša
Laimonas Talat-Kelpša © Ambassade de Lituanie en Suisse

«L’Ambassade de Lituanie sera heureuse d’inaugurer l’exposition d’art contemporain lituanien à Locarno cette année, pendant le festival du film»: Laimonas Talat-Kelpša, ambassadeur de Lituanie en Suisse

Le centenaire des relations diplomatiques entre la Suisse et la Lituanie offre une bonne occasion de dresser un bilan de ce que nous avons accompli. Aujourd’hui, nous coopérons comme deux partenaires égaux, qui partagent des valeurs et des intérêts en Europe et au-delà. Nos échanges commerciaux s’élèvent à 250 millions de francs suisses et sont susceptibles de croître. Les investissements suisses en Lituanie se montent à environ 500 millions de francs suisses. Les échanges aux niveaux universitaire, scientifique et culturel sont florissants. Il faut espérer que les nombreux succès de notre coopération bilatérale actuelle inciteront les générations futures à poursuivre un programme encore plus ambitieux.

Il y a plusieurs décennies, des archéologues lituaniens ont découvert la «Schaffhausen 3 Kreuzer» lors d’une expédition près de Kaunas. Datée de 1596, cette pièce de monnaie suisse est la plus ancienne jamais trouvée en Lituanie. Elle témoigne de l’ancienneté des liens commerciaux entre nos deux pays. Aujourd’hui, les transactions pourraient toutefois faire également appel au secteur lituanien des technologies financières. Selon le Global Fintech Index 2020, la Lituanie est le quatrième pôle de technologies financières du monde.

 Du XVIe au XVIIIe siècle, les établissements universitaires suisses attiraient la jeune génération lituanienne. L’Université de Bâle était ainsi devenue la septième destination la plus populaire pour des jeunes assoiffés de connaissances. Cette tradition s’est poursuivie tout au long des XIXe et XXe siècles. Au XXIe siècle, elle a toutes les chances d’évoluer vers une coopération dynamique dans des domaines tels que les sciences de la vie, la biotechnologie et l’intelligence artificielle.

Au début des années 1600, un Suisse, Matteo Castelli, était le premier architecte royal en Lituanie. Avec ses contemporains, originaires pour la plupart du Tessin, il a créé toute une école, appelée aujourd’hui «le baroque de Vilnius». Les réalisations de cette école ont considérablement façonné le paysage de la Lituanie et de l’actuel Bélarus, y compris les joyaux architecturaux les plus précieux de la ville de Vilnius. Dans la continuité de cette tradition, les professionnels et les artistes lituaniens et suisses pourraient s’engager encore plus activement dans l’élaboration de nouveaux projets urbains et culturels, dont la multiplication est favorisée par un solide développement économique. Dans cet esprit, l’Ambassade de Lituanie sera heureuse d’inaugurer l’exposition d’art contemporain lituanien à Locarno cette année, pendant le festival du film.

Markus Roduner
Markus Roduner © M. Roduner

«Les initiatives individuelles sont essentielles pour cultiver les échanges» : Markus Roduner

En tant que Suisse vivant en Lituanie depuis 1992 avec une interruption de trois ans, j’ai pu suivre par l’autre bout de la lorgnette l’histoire des relations entre les deux pays au cours des trois décennies qui ont suivi l’indépendance (je fais allusion ici au livre de Judith Lewonig intitulé «Schweiz und Litauen. 15000 Jahre Beziehungsgeschichte. Eine chronologische Übersicht», dont je recommande vivement la lecture). Si je mentionne le livre d’une collègue très appréciée, c’est pour la bonne et simple raison qu’il montre que les initiatives individuelles sont essentielles pour cultiver les échanges, en particulier dans le domaine culturel, qui m’est le plus familier en tant que traducteur littéraire et, depuis peu, en tant que directeur de publication.

Bien des choses sont devenues plus simples: vivre en Lituanie en tant que Suisse, et mes compatriotes ne sont pas nombreux ici, ou à l’inverse en Suisse en tant que Lituanien ne pose aujourd’hui aucun problème. De manière générale, un long chemin a été parcouru depuis la situation plutôt chaotique du début des années 1990 jusqu’à la normalité d’aujourd’hui qui est devenue une quasi-évidence. Par exemple, lors de lectures publiques en Suisse ou en Allemagne, je n’ai plus besoin d’expliquer (tout) d’abord où se trouve la Lituanie.

Des Lituaniens sont étudiants ou chercheurs en Suisse, et pourtant les échanges sont loin d’être équilibrés, en particulier dans le domaine de la culture et de l’éducation. Mon sentiment est que la création artistique suisse trouve régulièrement sa place ici en Lituanie, mais l’inverse est loin d'être vrai surtout en ce qui concerne la littérature. Bien sûr, cela tient aussi au fait que les œuvres des auteurs lituaniens ne sont pas publiées dans de grandes maisons d’édition. D’où l’importance cruciale de l’initiative du microéditeur suisse BaltArt, à Langenthal, qui a publié notamment des classiques lituaniens qui, autrement, auraient eu peu de chances de paraître en allemand.

Pour l’avenir, je souhaite des échanges culturels encore plus intenses et si possible équilibrés entre mon pays d’origine et mon pays d’adoption et que davantage d’étudiants et d’acteurs culturels suisses mettent à profit les possibilités de venir en Lituanie pour un séjour un peu plus long, et non pour une simple visite, afin de découvrir plus en profondeur le mode de vie ici.

6 dates clés

1921

La Suisse reconnait les trois États Baltes – Estonie et Lettonie (le 22 avril), Lituanie (16 août).

1991

Les trois Etats baltes retrouvent leur indépendance après 50 ans d'occupation soviétique. Les relations diplomatiques avec la Suisse reprennent en septembre 1991. La Suisse soutient les trois États avec un grand nombre de programmes et de mesures.

2004

Les trois pays adhèrent à l’Union européenne et à la zone de libre-échange.

2006

Les électeurs suisses approuvent le Milliard de cohésion pour l'élargissement de l’Union européenne à l'Est. Des projets dans les pays baltes sont mis en œuvre jusqu'en 2017.

2017

Normalisation des relations entre la Suisse et les États baltes en raison des progrès des processus de réforme et de transformation.

2021

Centenaire de la reconnaissance des trois États par le Conseil fédéral et trentenaire de la reprise des relations diplomatiques.

Haut de page