Dialogue international sur la migration

La migration est un phénomène international et, à ce titre, elle ne peut être abordée dans une perspective purement nationale. Afin de mieux affronter les défis que soulève la migration et de mieux saisir l’impact positif sur le développement économique et social dans les régions d'origine, la Suisse a intérêt à renforcer la gouvernance de la migration à tous les niveaux.

Les plateformes de dialogue multilatérales permettent de jeter des points entre les pays d’origine, de transit et de destination et, d’une manière générale, favorisent la coopération dans le domaine de la migration. Elles permettent de développer des approches régionales et internationales en visant une répartition solidaire des responsabilités entre tous les pays. Outre les représentants des États, des organisations internationales, des agences de l’ONU, la société civile et le secteur privé sont étroitement impliqués.

Il est dans l’intérêt de la Suisse que ce dialogue se poursuive à tous les niveaux et qu’elle y participe activement.

L’Administration fédérale est organisée autour de la structure interdépartementale pour la coopération migratoire internationale (IMZ), créé par le Conseil fédéral en février 2011 en réunissant les offices pertinents du DFAE, du DEFR et du DFJP.

Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD)

Le Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD) est une plateforme de dialogue informelle mondiale. Elle a été créée en 2007 à la suite du premier Dialogue de haut niveau sur la migration internationale et le développement, sous l’égide du secrétaire général de l’ONU d’alors, Kofi Annan. Le FMMD a son siège à Genève.

Le FMMD veut favoriser les échanges et la coopération concrète entre les États et d’autres acteurs actifs dans les domaines de la migration et du développement.  

En tant que membre du comité de pilotage (steering group) la Suisse participe activement à la définition des orientations du FMMD.  

Organisations internationales et agences de l’ONU

De nombreuses organisations internationales et agences de l’ONU s’occupent de questions liées à la migration. En 2007, les plus importantes d’entre elles ont créé le Groupe mondial sur la migration (GMM).

La Suisse compte parmi ses principaux partenaires l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH), l’Organisation internationale du travail (OIT), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et le Département des affaires économiques et sociales (DAES) de l’ONU.

Le GMM a été dissolu à la suite de l’adoption du Pacte mondial sur les migrations. Son successeur, le Réseau des Nations Unies sur la migration comprend actuellement 38 entités du système des Nations Unies et son comité exécutif est composé de huit membres qui assurent la supervision stratégique et prennent les décisions pour du Réseau. 

Thème de la migration dans l’Agenda 2030 pour le développement durable

Afin de contribuer au développement mondial, favoriser le bien-être de tous et protéger l'environnement, la communauté internationale a adopté en 2015 l’Agenda pour le développement durable. La migration y est reconnue comme facteur à part entière d’un développement mondial et durable. Le document final, tenant compte du fait que les migrants peuvent être soumis à des risques spécifiques, fixe des objectifs clairs afin de veiller au respect des droits de l’homme et des droits du travail des migrants. Ce document prend aussi en considération les différents besoins des réfugiés et des déplacés internes. Par ailleurs, l’Agenda 2030 a pour objectif l’éradication de la traite des êtres humains. La Suisse a joué un rôle déterminant dans l’acceptation du thème de la migration dans l’Agenda 2030 pour le développement durable.