Special Ministerial Meeting of the United Nations Economic and Social Council (ECOSOC) - Rede von Bundesrat Didier Burkhalter

24.09.2012

New York, 24. September 2012 - 67. Session der Generalversammlung der Vereinten Nationen - Es gilt das gesprochene Wort

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

On dit souvent que « l’union fait la force ».

Face aux multiples crises qui ont frappé la planète ces dernières années – qu’elles soient environnementales ou économico-financières – il faut disposer d’un système multilatéral fort. Cette « union » des Nations doit prendre en compte de manière équilibrée les trois dimensions du développement durable. De plus elle doit être efficace (ce qui implique une réelle ouverture à la volonté de réforme).

Dès lors la Suisse veut saisir l’occasion aujourd’hui d’identifier les éléments-clé d’une réforme du Conseil économique et social. La conférence de Rio sur le développement durable l’a montré, il faut un double effort :
- Il faut poursuivre et approfondir la réforme de l’ECOSOC
- Et il faut mettre en place simultanément un forum politique de haut niveau pour le développement durable

La Suisse est convaincue que ce double effort peut rendre notre monde plus performant, et peut faire de l’union des Nations une « force durable ».

Concrètement la Suisse souligne les trois points suivants :
1. Tout d’abord, il faut alléger l’ordre du jour de l’ECOSOC. « Qui trop embrasse mal étreint »  c’est valable aussi pour ce Conseil qui doit se concentrer sur sa mission de base : techniquement orienter, coordonner et évaluer le travail des nombreux organes qui lui sont rattachés ; politiquement, améliorer les perspectives économiques et sociales, particulièrement en ce qui concerne les emplois et les jeunes.
2. Il faut coordonner la réforme de l’ECOSOC et la création du forum pour le développement durable. Fixons clairement les champs d’action et évitons les doublons pour que ces deux organes se complètent utilement.
3. Finalement, le forum politique pour le développement durable devra, certes, se baser sur les travaux de la Commission du développement durable. Mais il devra s’agir d’une plateforme plus dynamique, davantage tournée vers l’avenir. Il faut se fixer de réelles priorités politiques dans le sens le plus noble du terme.

Monsieur le Président,

En renforçant les bases mêmes de la réflexion commune sur l’économie et le social, on consolide également le cadre pour la mise en place du programme de développement mondial après 2015. La Suisse veut jouer un rôle actif et constructif dans ce processus.

Nous remercions dores et déjà l’ensemble des nations qui, unies, s’engageront résolument pour cette  réforme indispensable en faveur du développement durable, donc au bénéfice de tous.

Je vous remercie.


Adresse für Rückfragen:

Information EDA
Bundeshaus West
CH-3003 Bern
Tel.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Herausgeber:

Eidgenössisches Departement für auswärtige Angelegenheiten